Articles Tagués ‘addiction’

Contre-poison

Publié: 11 novembre 2015 par jmenti dans 3615mavie
Tags:, , ,

Amours unilatéral tue
Amours mort sans vécus
Amours épiscopal rompus
Amours platonique repus
Amour purement crus

Tant d’amours vain pour au final se retrouver à lécher les murs.
Tant d’entrain pour toujours fantasmer de saumure.

Lettre ouverte à tout les prétendants:
Cher geôlier, ces partis d’échec je vous les laisse.
Libre à vous de croire que je suis mate par forfais.
Torturer vous de ridicule annexion, et ennuyer vous à garder vos territoire conquis.
Ils sont si pauvre et limiter que voudriez vous que j’en fasse.Que vos méthode sois autoritaire, affectueuse ou floue.
Que votre voix sois forte, mielleuse ou sourde.
Vous êtes tous semblable, user de dissuasion  pour conserver votre capital.
Et quand vous partager votre pain, vous essuyer une perte !
Moi je choisi que ma liberté s’exprime au mieux quand je n’est rien à perdre.
Je me passe très bien d’un quelconque capital chiffrable.
Je préfère me déplacer en territoire infinie.
Je peut valser, avec des ombres certes, mais autant que je le désir.
C’est des fentes plus subtil, que je pénètre, et cela sans reproduire.
Dans la folie je trouve ma véritable jouissance,
et quand je partage mes faim, je me nourris.
Gardez donc vos ère guerrière, vos victoire sanglante, vos garde inquiète, vos bilan coupable, vos chiffre capital, vos manière semblable, vos triste pertes, vos pauvre méthode, et surtout votre compte à rebours.
Car ce qui est dangereux en amour n’est pas de compté mais de mécompter, en écartant le potentiel illimité du subtil de l’absurde et de la folie. Sachez bien que je suis constamment entrain de rire de vous, que je dévore vos reste en votre absence, et que je vous talonne attendant le moment propice de vous renverser…

Mouahaha me voila guéris.
De quel maladie ?
La jalousie !

Momo à tué Lulu…

Publié: 2 octobre 2014 par antoninsobel dans nos textes
Tags:, , , , ,

« Momo a tué Lulu » Mai 1982, rubrique faits divers du canard local, je m’arrête sur le titre, interpelé, je les connaissais bien ces deux là, ils habitent au dessus du PMU de mon vieux, couple de vieux alcolo homosexuel, dans un trip sado maso, enfin vieux, quand t’as 12 ans tout ce qui dépasse 25 ans c’est vieux. Momo, dérouille Lulu régulièrement quand il a descendu ses 6 litres de blanc, on a compris ça le jour où Momo déchiré comme un polak un soir de mariage s’est senti pousser des ailes et a commencé à mettre la main au cul des mecs autour de lui au comptoir, ça commençait à gonfler mon vieux.

D’habitude quand il virait un mec, il ouvrait la porte en grand pour le jeter sur le trottoir… Là ça s’est pas passé pareil, mon daron était en salle avec son plateau rempli de verres de vin et de Ricard quand Momo est passé derrière lui et lui a mis la main au cul… tout s’est déroulé très vite, le plateau est tombé par terre, mon vieux a chopé la main de Momo, l’a fait tourner en rond comme une toupie et l’a lâché en direction de la sortie comme on jette un freesbee… la porte étant fermée le Momo s’est éclaté la gueule sur la porte en fer, arcade sourcilière éclatée, visage en sang, on lui ouvre la porte, il se relève et sort, je vois alors que sa sacoche est restée au comptoir, je le dis à mon daron, il la prend et lui amène dehors, et là Momo lui dit, la tête en sang et un œuf sur le crâne « Merci patron, merci »…j’étais sidéré, mon vieux aussi, on a compris après et l’article le confirmait, c’était leur jeu de se faire mal à Momo et Lulu, ce soir là, quelque jours après, Momo est allé plus loin, après une énorme cuite il est rentré chez lui, Lulu était rôti aussi, il a commencé à gueuler après Momo qu’il rentrait tard et bourré, Momo a vu rouge l’a frappé comme un sourd et il a fini par le jeter dans les escaliers en béton… sa tête a heurté un coin de marche… un voisin l’a retrouvé le lendemain matin dans une flaque de sang, ça a été facile de retrouver le coupable, il y a suffit de remonter les traces de sang, jusqu’à la piaule de Momo et Lulu, les flics ont serré Momo, il était encore à moitié dans le coltard, comprenait pas ce qui lui arrivait… « Momo à tué Lulu », même lui il a du l’apprendre dans le journal…

Bon jusqu’ici j’ai réussi à tenir : j’ai plus facebook depuis un mois. Oui oui vous avez bien lu, tout un mois. J’ai vraiment réussi à m’en détacher, même au point que j’ai désamifié les trois quarts de mes contacts. Balaise, hein ? Alors bon, c’est vrai que j’ai gardé mon compte mais vous comprenez, c’est juste pour pouvoir gérer la page du Palace Rivotte, j’ai pas vraiment le choix, mais pis vraiment j’y vais jamais…

– Mais si t’y vas jamais, t’as pas besoin de garder ton compte ?

-Heu nan mais si mais c’est compliqué mais t’inquiète, je gère.

-Ah bon, si tu gères alors.

-Nan mais Conscience, on t’a pas sonnée, alors maintenant ta gueule.

– T’es sûr’ que t’as atteint le détachement et tout, là ? Pasqu’on dirait pas. Mais bon, jdis ça, jdis rien.

-Ta Gaulle j’ai dit !

Grmmlhml… Bon mais ça va pas du tout là, je voulais juste faire une petite intro avant d’entrer dans le vif du sujet, et cette connasse de conscience là qui vient foute sa merde… Bon c’est pas grave, je reprends.

Alors voilà, j’ai plus facebook. D’habitude quand il arrive un truc dans ma vie, comme de manger une noix de coco ou de mettre une claque bien méritée à un connard de file-ton-num dans une rue déserte à 2h du mat’, mon premier réflexe est de réfléchir à la façon dont je vais le raconter. Ah les copains ils vont bien se marrer, décidément ma vie est passionnante.

Et là, soudain, un vertige me prend. Non. Hé non, ils ne vont pas bien se marrer, les copains, parce que je vais pas le raconter sur facebook, parce que j’ai plus facebook. Enfin j’y vais plus, quoi. Sevrage, on a dit. Se. Ve. Rage ! Alors voilà : ce blog n’est pas destiné à remplacer facebook dans ma vie et à me permettre de m’éclater dans l’autodérision tellement originale devant un public déjà conquis. Mais là, je suis en manque.

Alors juste pour cette fois, je vous fais un article totalement j’ai-mangé-une-pomme parce que j’ai trop, mais vraiment trop envie de vous raconter comment j’ai été dérangé’ tout à l’heure dans ma passionnante recherche d’un site dont j’aurais pas déjà fait trois fois le tour aujourd’hui, par un minuscule non-événement que je trouve cocasse et plein de charme.

J’étais donc devant mon ordi, quand j’ai entendu un petit bruit insolite. Une sorte de « ffhfffhh… » très discret, tout près de moi. J’ai tourné la tête, et j’ai vu la patafixe qui tenait le bout du porte-jarretelles rose s’étirer lentement et se détacher du mur avec un tout petit « Pop ! ». Juste après, la boulette de patafixe voisine à suivi le même chemin et le porte-jarretelles s’est laissé tomber à la verticale avec une seyante élégance.

Ya pas de fantômes, ici, ou alors si il y en a ils sont très discrets. Mais au Palace, il se passe toujours de ces petites choses qui donnent une impression de présence, de vie, imprégnée dans les lieux et jusque dans les dessous coquins que portent les murs. Voilà, merci de votre attention et promis, je le ferai plus.

Et plaf ! Le porte-jarretelles a fini par tomber pour de bon.