Production joyeuse, possible ou anviable ?

Publié: 10 mai 2015 par jmenti dans nos essais
Tags:,

Soit une machine qui par sabotage répété a cessé de produire pour ne plus que croire .
Elle est devenu source de vide digérer en puissance.
Créer du vide sans y placer d’espoir ou d’envie c’est laisser courir le risque de le voir digérer par les machines dominante.
Par la grève la machine fut geler. Si l’on brise la glace, démonte pièce à pièce, aval les procédés:
alors cette machine deviens de la matière première.
Et si de cette matière on hack les concepts, digère les outils, porte l’intention sur le plaisir:
Alors on peut réaliser des Œuvres joyeuxes et cette entreprise peut même devenir révolutionnaire.

Extrait de l’essai « De la production matérialiste à l’œuvre joyeuxe » consultable et critiquable à la maison des loups (classeur noir)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s