Les nuages tournent vite

Publié: 30 juin 2014 par jmenti dans poèmes
Tags:,

Les nuages tournent vite
Père on t’a encor pendu
Mère on t’a encor vendu
La bâtisse toujours s’effrite

Homme c’est mon souffle que tu tue
ton égo, notre lit froidi
tes maîtres, notre pain rasssi
Esclave, la rivière n’a plus du crus

Les amants n’ont pas été sage
J’ai baigner dans leur sang

L’illusion s’accroche aux lampadaire
Je mange ces fausses lumières

Si les corbeaux restent en cage
Je dormirais dans des cendres d’enfants

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s