Archives de mai, 2014

Écrire pour…

Publié: 10 mai 2014 par L'épicène dans la diagonale de Cantor, nos textes
Tags:, , , ,

Texte écrit en hommage à Alain Buffard, sur une suggestion d’Aurore Després, lors de la session 2014#3 du D.U. Art, Danse, Performance.

Écrire pour les muets que sont les morts. Écrire pour les morts qui dansent dans nos vies. C’est ma thématique.

Soit μ l’ensemble des muets, des morts. Soit le corps ν. Et ν, c’est nous, les muets les émus, et le corps μ des morts et les mots pour les morts.
L’ensemble MU des morts est inclus dans l’ensemble NU des vivants. Plus d’ailes et d’aimants que jamais vu avant. Nous. Les cris vont là. Les morts vont là, dans la vie, d’où : μ est inclus dans ν. Les vivants rejoignent les morts, las des mots.

Parlons de danse. Parlons de densité. C’est ma thématique.
Soit A une partie d’un ensemble ordonné B. A est dit dense dans B si quels que soient deux éléments b, b’ de B, entre eux il existe a appartenant à A. C’est le K pour cul et air.
ℚ l’ensemble des rationnels est dense dans ℝ celui des réels. Entre deux réels il existe toujours un rationnel. ℚ est dense dans ℝ. C’est un mystère.
Le mystère qui est là est qu’on a un corps par plage, et autant de corps que de grains de sable. Les corps des morts, corps vidés, dansent dans l’air.
Le cul erre.
Les morts s’en mêlent.
L’air se morcelle.
Et μ le monde des morts nus, MU est danse dans NU.